150-600 : la découverte de 2017

La photo sportive sous la pluie

La pluie fait souvent fuir les photographes amateurs et même certains professionnels peu étanches. C’est pourtant un superbe allié pour faire des photos qui sortent de l’ordinaire.

Les excuses varient entre la crainte pour le matériel, le fait de devoir le nettoyer, le manque de lumière et bien d’autres encore… Passons les en revue :

  • Le matériel quelle que soit le type de photo, à moins de se contenter d’architecture intérieure, il me parait indispensable d’avoir du matériel tropicalisé. C’es d’ailleurs ce qui m’a fait choisir le Tamron 150-600 au détriment de son homologue Sigma 50% plus cher dans sa version tropicalisée. Et quand bien même le budget pose problème, il existe des housses imperméables qui coûtent quelques euros, et au pire, un sac type congélation fait parfaitement l’affaire : excuse rejetée !
  • le nettoyage du matériel doit se faire quelques soient les conditions, la poussière est d’ailleurs peut-être pire que l’humidité et si vous avez protégé votre boitier et votre objectif ça sera encore plus simple : excuse rejetée !
  • le manque de lumière : adaptez vous ! Il est vrai qu’un objectif lumineux coûte une blinde, mais aujourd’hui n’importe quel boitier permet de monter à 1600-2000 ISO sans problème, pensez donc à l’époque de l’argentique où ces sensibilité n’étaient qu’à peine imaginable et où dépasser les 200 ISO était déjà acrobatique ! Dans les cas extrêmes vous pouvez descendre en vitesse et faire du filé, le résultat n’en sera que plus impressionnant : excuse rejetée !

Promosport au Mans 2017 : 1/320s ; f11 ; 2000 ISO -> diminuer la sensibilité aurait permi d’ouvrir plus grand et atténuer encore plus l’arrière plan.

Course de côte de Lanrelas 2017 : 1/1250s ; f7.1 ; 1600 ISO

Le plus gênant avec la pluie est juste le confort du photographe qui se retrouve vite les pieds dans la boue, dans le froid, parfois trempé et souvent dans une ambiance elle aussi refroidie par les conditions climatiques. Il faut pourtant que les photos transmettent l’énergie fournie par les pilotes.

Remonter dans les moteurs de recherche

Il est aujourd’hui facile de trouver un bon hébergeur pour son site Internet, relativement aisé de le créer et de le mettre en ligne, ce qui l’est moins c’est de générer du trafic et des retours via les moteurs de recherche !

Une bonne présence dans les moteurs de recherche

moteurs-de-recherche

Pour un e-commerce, ou autre site générant de l’argent par lui même, il est possible de créer des campagnes de publicités, de flyers, etc. Mais pour un site comme celui-ci, peut-être comme le vôtre, où l’objectif est d’être contacté par les visiteurs, est-ce une bonne idée de mettre l’adresse de votre site sur vos supports de communications ? Je ne pense pas, tout doit converger vers votre boite mail, votre téléphone ou votre magasin, sans créer un dédale de liens entre votre site, Facebook, Instagram… et dérouter vos visiteurs. La solution est donc unique, une bonne présence dans les moteurs de recherche.

Montrez que vous êtes actifs

Cette présence est assurée par un référencement de qualité, notamment dans l’inévitable Google. Pour cela, il faut créer du contenu de manière régulière, afin que les moteurs de recherches voient que vous êtes actifs et que vous méritez leur passage.

Remonter dans les résultats de recherche

Un site devrait donc sans cesse grossir, et je fais ici exactement l’inverse en supprimant l’intégralité du site existant. Une chose qui ne devrait jamais être faite ! En effet, en faisant ceci les moteurs de recherche se trouvent heurtés à des pages absentes, signe d’abandon de votre site. La raison est ici une réorientation de l’activité et aussi un test, voir à quelle vitesse un site peut remonter dans les résultats de recherche et générer à nouveau du trafic. Avec pour seule base, un nom déjà connu et une page Facebook qui n’a jamais été exploitée et qui compte 75 abonnés à ce jour. A suivre !